van Diyarbakir naar Suruç

door Peter T., Zaterdag 12 september 2015:
We rijden door een ruw en dor, golvend landschap zo ver het oog rijkt. Het is bezaaid met rotsblokken in alle formaten, bijna volledig overdekt en doet heel marsiaans aan. Op de radio luisteren we naar Koerdisch verzet en tussen de muziekfragmenten horen we berichten via walkie-talkie. “Hit him, hit him”, vertaalt onze tolk.11227787_1179181342097426_3227047544321158323_o
In de verte doemen bergen, links staat een plateau in brand en hier en daar staat een eenzaam bouwsel van de rotsblokken en met tentzeil overtrokken. Regelmatig zie je links en rechts vuurposten van het leger, maar die lijken onbemand. Dan rijst plots een stad in de verte. We rijden ze voorbij en het landschap herneemt haar gewone doen. Continue reading

Een zaterdagochtend zoals altijd

We wandelen door Çarşı Karakolu in Amed (de Koerdische benaming voor Diyarbakir) voorbij het politiekantoor. Dit is gebarricadeerd met containers en grote zandzakken. Wanneer een politiekantoor op deze wijze moet beschermd worden dat weet je dat er een probleem is. Geüniformeerde agenten en mannen in burger, het machinegeweer in de aanslag, monsteren ons als we voorbij wandelen. Er ontstaat tumult, we moeten opzij gaan staan en onze tassen openen. Een van de agenten, van de dikbuikige soort, wil zijn autoriteit tonen en brult allerlei in het Turks? We moeten mee naar binnen, onze identiteitspapieren tonen en zakken leegmaken. Na een half uur hebben ze een reden om ons op te pakken: Mehmet staat geseind, hij moet in Istanbul nog voorkomen voor een actie en daarvoor moet hij mee naar het gerechtsgebouw. Een half uur later staan we zonder hem op straat. We zien hoe hij wordt afgevoerd en onze vrienden staan druk te telefoneren. Een advocaat wordt geregeld en nu staan we te discussiëren aan de poort van het gerechtsgebouw dat naast het stadhuis ligt. Op dat laatste (het bestuur is HDP gezind) hangt een gigantisch spandoek met “help Rojava”. Ik denk “onze kameraden vrij” maar hou wijselijk mijn mond… Intussen zitten we in de wagen richting Kobané, de grensstad die door de Koerden werd bevrijd van de terroristen van de zelfgenaamde  “Islamitische Staat”. Onderweg vervoegen we een internationaal konvooi met parlementairen uit verschillende Europese landen alsook enkele ex-ministers.

“Als het terug oorlog wordt, dan vechten we verder. We zijn het gewend.”

door Peter T., correspondent in Diyarbakir, vrijdag 11 september 2015

Het is bijna tien uur en ik wilde schrijven “en alles is rustig”. Maar dat is het niet. Bij aankomst in de stad zijn we wat buiten het centrum thee gaan drinken. Mehmet verontschuldigde zich dat hij ons zo ver meenam: met de taxi thee gaan drinken, het is er wat over.

Maar er zijn goede redenen: verschillende wijken van Diyarbakir zijn afgesloten en terwijl we praten, houdt hij zijn vinger omhoog: “luister”. We horen het knallen van granaten en occasioneel geweervuur. “Traangas”, zegt hij. De rest van het café let er niet op: ze zitten op hun lage stoeltjes en tafeltjes en kijken naar het voetbal. Niet zo bevreemdend als men zou denken; vooral in gespannen situaties en oorlog doen mensen veel moeite om de schijn van normaliteit op te houden. Continue reading

Chronique du Kurdistan : Entre révolution et contre-révolution

( Raphaël Lebrujah)

Point sur la semaine du 09/08/2015 au 15/08/2015

Précédente chronique : http://tendanceclaire.npa.free.fr/a..

« Nous sommes prêts pour la guerre et la paix » : c’est par ces mots que la commandante des YJA-Stars, branche armée féminine du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), répondait aux attaques répétées de l’État turc. Dans la même trempe, Kalkan, membre du comité exécutif du PKK, disait : « nous n’avons pas encore appuyé sur la gâchette ». L’État turc a choisi la guerre et appuie déjà sur la gâchette notamment par le début d’invasion du Rojava (Kurdistan syrien) avec la mise en place de la ligne Mare en riposte aux assemblées populaires qui se déclarent autonomes dans tout le Kurdistan Nord (Kurdistan de Turquie) et des régions entières qui basculent dans une situation révolutionnaire.

La situation en Irak

Le PKK marque sa présence au Kurdistan irakien (Kurdistan sud)

Après le bilan du Shengal, celui de Kirkouk vient ensuite. Cette ville est depuis longtemps disputée entre les forces du gouvernement central et les forces kurdes pour ses ressources pétrolifère. La ville vit avec l’arrivée de Daech la fuite des forces du gouvernement central. Les Peshmergas (force armée kurde irakienne, la plupart aux ordres du PDK) se retrouvèrent seuls face à Daech et mal préparés à une invasion. C’est à ce moment que la guérilla du PKK est intervenue. De l’aveu même des Peshmergas l’intervention des guérilleros fut décisive. Continue reading

Turkish military is bombing Kurdish Guerrillas and civilians in South-Kurdistan (Iraq)

(Kurdistan National Congress – KNK)

Since the 24th of July, Turkish war jets have indiscriminately bombed Kurdish areas (Xakurke, Qandil, Behdinan, Zap, Gare, Basye, Amedia, and Avasin) in south Kurdistan, where the PKK guerrillas and civilians are situated. These attacks are still continuing, with heavy civilian casualties.

Turkey is insisting on war against the Kurds:
This attack by the Turkish regime on Kurdish areas is an attempt to end the ceasefire proposed by the Kurdish leader, Mr. Abdullah Ocalan in 2013. Before these attacks began, the AKP government banned all outside contact with Mr. Abdullah Ocalan starting from the 5th of April 2015, including access to his legal team. Furthermore, since the ceasefire began in 2013, the AKP government has repeatedly attempted to provoke the PKK, hoping that they would break the ceasefire first. These provocations failed. And so, on 24th July 2015, Turkey launched a new war. Continue reading

Rencontre avec Mustapha Ebdi, co-bourgmestre de Kobané

IMG_0036Nous rencontrons Mustapha Ebdi, co-bourgmestre de Kobané, pour nous entretenir sur la situation après leur victoire sur les groupes terroristes de Daesh. Mustapha Ebdi est un Kurde syrien, qui a pu quitter le pays pour participer à Strasbourg à l’assemblée de la Fédération européenne des villes et des municipalités. Avec sa collègue maire Rogin Dogan, Mustapha Abdi est chargé de reconstruire la ville dévastée de Kobané.

Comment fonctionne le modèle d’autogouvernance au niveau de la ville de Kobané ?

J’ai été élu co-bourgmestre et je ne peux rien signer sans l’accord de ma collègue maire. De cette manière, notre duo assure le partage du pouvoir et des responsabilités au sommet dans le respect de la parité hommes-femmes. Il existe 13 districts, chacun ayant son propre conseil composé de 31 élus. Ils ont été élus en fonction de leur sensibilité politique ou de leur engagement personnel dans la société civile. Chaque conseil de district élit son propre comité exécutif de 5 personnes. Au niveau de la ville, nous travaillons avec des représentants des différents districts. Comme tous les autres élus, je suis révocable à tout moment, et il ne m’est pas possible d’exercer plus de 2 mandats identiques consécutifs. Continue reading

De la paix armée au confédéralisme démocratique par la voie des élections ?

A nouveau, le message de Newroz (fête de la nouvelle année kurde) d’Abdullah Öcalan était un message de paix. Il appelait à déposer les armes dans le nord du Kurdistan (en Turquie) et prônait un vivre-ensemble pacifique. Ce message n’est pas le premier du genre. Depuis son arrestation, c’est la septième fois qu’Öcalan et le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) décrètent un cessez-le-feu unilatéral.

Lors de notre séjour à Qandil, au cœur des territoires où réside les HPG, les unités d’autodéfense du peuple kurde, nous avons pu aborder cette question de vive voix avec Cemal Bayek, ancien dirigeant du mouvement armée du PKK, les HPG. « L’appel d’Öcalan rencontre un vif soutien. Mais nous avons déjà vu des dizaines de fois comment notre appel à un cessez-le-feu était systématiquement saboté par les provocations des unités paramilitaires de la Turquie. Dans les villages autour d’Amed (Dyarbakir), des écoles ont brûlé, des gens ont été massacrés sans aucune raison. Le but de ces actions est évident : le régime turc veut susciter dans la population kurde des sentiments capables de pousser à des actions terroristes. Mais depuis le début des années 2000, nous avons choisi de poursuivre notre combat en Turquie d’abord sur la scène politique et démocratique. Nous n’avons pas rendu les armes mais nous avons laissé de côté la confrontation militaire. La violence des années 1980 et 1990 a coûté la vie à beaucoup de gens et ce, des deux côtés. D’un côté la lutte armée nous a assuré le soutien de la population kurde mais de l’autre elle nous a éloignés du peuple turc. Cette approche a desservi nos projets. » Continue reading