Appel: Stop à la criminalisation du mouvement kurde en Europe !

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge sur le terrorisme. Qu’ont-ils fait ? Ils ont milité pour la cause kurde et pour la promotion de la culture kurde. À la demande de l’État turc, ces personnes innocentes sont criminalisées en Belgique pour implication présumée dans des activités terroristes. Cette affaire est un scandale pour la démocratie belge et représente un danger non seulement pour les Kurdes, mais pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent expriment leur opinion.

Les activistes kurdes sont accusés d’implication dans des activités terroristes, alors qu’ils mènent en Belgique des activités politiques et démocratiques exclusivement pacifiques.

L’instruction est essentiellement fondée sur des preuves fournies par l’État turc, qui est également partie civile dans cette affaire. Ce même État turc mène entretemps une guerre contre la population kurde, commet des crimes contre l’humanité et réprime de manière brutale les militants en matière de droits de l’homme, les journalistes, les syndicalistes, les avocats, les politiciens et les universitaires, et en général toutes celles et tous ceux , Turcs et non-Turcs, qui critiquent le gouvernement AKP et son président.

Jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucune instruction n’a été effectué à l’égard des éléments de preuves qui contredisent les accusations portées contre ces activistes.

Le ministère public utilise un concept vague de “nuage PKK” et considère que tous les activistes kurdes et les organisations culturelles ou autre font partie de ce “nuage”. Ceci est faux. Tout citoyen kurde ou toute organisation kurde, qui défend la protection des droits fondamentaux du peuple kurde, n’est pas membre du PKK. En outre, pour démontrer que le PKK est une organisation terroriste, il est renvoyé au fait que le PKK est repris sur la liste européenne d’organisations terroristes. Cette liste n’a aucune valeur juridique et a été établie à la suite du 11 septembre. Le PKK a été ajouté sur cette liste à la suite d’une pression importante exercée par le gouvernement turc. Malheureusement, ce sont l’AKP et M. Erdogan eux-mêmes qui soutiennent directement et indirectement la terreur propagée par les djihadistes. Au cours des 4 dernières années, des milliers de djihadistes européens ont voyagé vers la Syrie en passant librement par la Turquie pour aller y soutenir Daesh. Le gouvernement turc a, en outre, toléré et organisé un soutien logistique et médical aux djihadistes au sein même de la Syrie – des djihadistes qui, on le sait depuis les attentats de Paris, sont aussi actifs en Europe. Il est donc important de noter qu’un appel de 100 parlementaires européens a été lancé afin de retirer le PKK de la liste des organisations terroristes.

Nous n’acceptons pas que ces activistes soient poursuivis sans avoir jamais commis aucun acte de violence. Nous appelons au soutien de ces 33 Kurdes. Les organisations de la société civile belges et européennes n’ont rien à gagner à un affaiblissement des droits démocratiques. Amnesty International et Human Rights Watch ont condamné à plusieurs reprises la répression turque contre diverses organisations, tant les syndicats que les activistes LGBT et les minorités culturelles kurde et arménienne. Ces normes turques ne peuvent devenir les nôtres.

Nous considérons que cette affaire constitue une attaque ouverte et frontale de nos droits fondamentaux civils et démocratiques, tels que la liberté d’expression et le droit à la liberté de réunion et d’association.

L’enjeu de ce procès dépasse largement la question kurde. Une condamnation de ces activistes kurdes constituerait une application injustifiée de la législation sur le terrorisme, ce qui implique une mise en péril des droits fondamentaux de tout un chacun en Europe.

Appel initié par le Comité de Solidarité avec le Rojava, l’Institut Kurde de Belgique, Nav-Bel – organisation of the Kurdish community in Belgium. Soutenue par ‘Peace in Kurdistan Campaign and Campaign Against Criminalising Communities’ (CAMPCC) (UK).

Signez l’appel

signataires

Bert Anciaux (député sp.a); Alain Adriaens (Mouvement des Objecteurs de croissance), Bart Staes (député européen Groen); Ludo De Brabander (Vrede vzw, Belgium); Céline Delforge (députée régionale Ecolo Bxl); Pierre Galand; Alexis Deswaef (président Ligue des Droits de l’Homme); Robrecht Vanderbeeken (philosophe); Pierre Eyben (VEGA), Palestina Solidariteit vzw (Belgique); Hugo Van Rompaey (ancien député CD&V); Dogan Ozguden (Info-Türk); Inci Tugsavul ( Info-Türk, Belgium), Egbert Rooze (théologue); Freddy de Pauw (journaliste, Uitpers); Stephen Bouquin (sociologue), Marie-Françoise Lecomte (Mvt de Gauche), Marc Laquière (education adviser Federation of Moroccan Associations and IQRA School, Belgium); Karin Verelst (philosophe, Vrije universiteit Brussel), Paul Van den Bavière (journaliste, Uitpers), Johan Velghe (Vlinks).

Prominent international signatures

Noam Chomsky, US; Tariq Ali, writer, UK; Edward Albee, writer, US; Mark Thomas, writer/comedian, UK; Judge Essa Moosa, Chairperson of the KURDISH HUMAN RIGHTS ACTION GROUP (KHRAG), South Africa; Dr Thomas Jeffrey Miley, Cambridge University, UK; Federico Venturini, University of Leeds, Postgraduate Researcher, UK; Dr Michael M. Gunter, professor of political science at Tennessee Technological University and author, US; Janet Biehl, author and advisory board member of Transnational Institute  for Social Ecology, US; Prof. Kariane Westrheim, Chairperson, EU Turkey Civic Commission (EUTCC), Norway;  Hywel Williams MP, UK; Jean Lambert MEP, UK; Joe Ryan, Chair of Westminster Diocese Justice and Peace Commission, UK;  Nick Hildyard, policy adviser, UK; Steve Sweeney, Branch Secretary, Unite National Publishing and Media Branch, UK; Stephen Smellie, Deputy Covenor, UNISON  Lanarkshire, Scotland; Margaret Owen OBE, human rights lawyer, UK; Liz Davies, barrister, Vice-President of Haldane Society of Socialist Lawyers, UK;  Louise Christian, Vice-President of Haldane Society of Socialist Lawyers, UK; Robert Atkins,lawyer, UK; John Hunt, journalist, UK; Jonathan Bloch, writer, UK; Anthony Gifford QC, barrister; Geoffrey Bindman, barrister, UK; Frances Webber, retired human rights lawyer, UK; John Hendy QC, barrister, UK; Melanie Gingell, barrister, UK; Alastair Lyon, lawyer,UK; John Hunt, journalist, UK; Les Levidow, Campaign Against Criminalising Communities (CAMPACC); Joost Jongerden, Assistant Professor at Wageningen University, Sociology and Anthropology of Development, Netherlands; Jonas Staal (artist, Netherlands); prof. dr. Martin van Bruinessen (University of Utrecht, Netherlands); Matt Westerlaken, musician, Netherlands; Mehmet Acik, former professional football player, Netherlands; Memo Sahin (journalist, Germany)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s